3 questions à Anick Rosas et Claire Marino : atelier mensuel réservé aux femmes

Share Button

14800678_10210750913746213_1329886162_n
Anick et Claire ont lancé un atelier mensuel pour les femmes qui favorise à la fois l’expression orale, créative et corporelle. Hadda a tenté d’en savoir plus.

En quoi consiste votre atelier de développement pour les femmes ?

C’est un groupe de parole, d’art-thérapie et de somato-thérapie. Nous favorisons à la fois l’expression orale, créative et corporelle. Pour cela, pas besoin d’être douée à l’oral, artiste ou danseuse ! Nous offrons aux participantes un espace de liberté, sans jugement, sans tabou. Lors du premier atelier, très vite, une confiance, une intimité s’installe entre nous. La parole se libère avec beaucoup de franchise et de simplicité. Problématiques liées au travail, au couple, aux enfants, à la sexualité, à la féminité. Difficultés passagères ou angoisses existentielles. « Cela fait du bien de ne plus se sentir seule avec ses ruminations » confie Solange. Très vite, une thématique commune se dégage, miracle de l’inconscient collectif, que les participantes, c’est le deuxième temps, vont traduire artistiquement par le biais du dessin, du collage, de la peinture, du masque, de l’écriture, du clown, du psychodrame…

Qu’apporte cette phase d’art-thérapie ?

En lâchant prise, la personne prend conscience de sa créativité, elle en est même surprise « on m’avait toujours dit que j’étais nulle en dessin et là, je suis assez contente de moi» avoue Sophie. De quoi booster la confiance en soi ! Les participantes projettent sur la matière leurs fantasmes, leurs besoins, leurs frustrations. Le fait même de créer permet de restaurer l’autonomie, le sens de la responsabilité (même lorsque la production semble naïve). C’est une façon de poser un acte. Essentiel pour une personne dans l’impossibilité de construire un projet. De la création artistique à la création de soi, il n’y a qu’un pas. L’art-thérapie autorise aussi à exprimer des émotions exacerbées, souvent refoulées : par exemple, fabriquer un masque qui représente la colère et la jouer devant les autres permet de l’accueillir et de s’en libérer. Nous invitons ensuite nos participantes à parler de leur « œuvre », à associer librement. Comme dit Jung, seule la personne a le pouvoir de se guérir. « Au-delà des critères esthétiques, j’ai renoué avec le plaisir de la matière » explique Chantal. Plaisir archaïque et réparateur. Enfin, l’atelier met l’accent sur le corps : relaxation, méditation, danse et surtout sophrologie. Ce corps est convoqué tout au long du travail : la posture de celle qui prend la parole, le geste dans le processus créatif, la façon de bouger et d’investir l’espace, les ressentis au fil des heures étant déjà étroitement somatiques.

Et le désir donne des ailes ?

Oui. Les « Elles du désir » est un clin d’œil au désir physique bien sûr mais pas seulement ! Désir de partager, de se ressourcer, d’avancer. Désir de s’accomplir dans sa vie, dans son couple, dans son job. Désir d’être entre- nous, de s’offrir une parenthèse pour soi. Confronter ses expériences, ses envies, ses objectifs, ses difficultés, ses névroses à ceux des autres participantes permet de comprendre ses propres mécanismes de défense, ses répétitions, ses pensées limitantes mais aussi d’aller à la rencontre de ses richesses intérieures. Le retour bienveillant des autres peut être très réconfortant et encourageant. Le groupe permet d’avancer, de valider ses intuitions, ses ressentis. Chaque témoignage fait écho à sa propre histoire, fait surgir des questionnements. Désir de faire les bons choix, d’être soi. Notre atelier est un laboratoire de vie : on retrouve les mêmes projections, transferts, identifications que dans la famille ou au travail. Les archétypes féminins, la sensualité, l’image de la mère et de la fille, la sororité sont évidemment interrogées. Ensemble, on avance avec notre cerveau, notre imagination, notre cœur, notre corps. Notre désir donc.

Propos recueillis par Hadda Djeribi

Renseignements et inscriptions au 06 63 90 53 79
Les Elles du désir, saison 2 L’atelier de développement personnel pour TOUTES les femmes Un dimanche par mois de 14h à 19h, à Paris, 5ème.

Vous vous trouvez jeune et belle ou vieille et « moche », maigre ou grosse, fantaisiste ou rigide, débordée par les « devoirs » familiaux ou célibataire à la recherche du Prince charmant, stressée par le boulot ou sans emploi, imaginative ou « nulle » ?

Offrez-vous une parenthèse de liberté et de créativité Première date : 23 octobre 2016 Vos objectifs. Vous confier sans être jugée/lâcher-prise/révéler vos talents/Explorer les multiples facettes de votre personnalité /Gérer vos émotions et le stress/ Renforcer votre confiance en vous/Comprendre vos mécanismes de défense, vos pensées limitantes et les dépasser/ Incarner sa féminité. Nos méthodes. Parce que le langage corporel, verbal et artistique sont étroitement liés, chaque atelier est composé : – d’un temps de parole, d’écoute et d’échange -d’ un temps d’art-thérapie : écriture, psychodrame, peinture… – d’un temps corporel : danse, méditation, mouvements, sophrologie…

Les intervenantes vous proposent un espace d’expression confidentiel et cadré et vous accompagnent dans l’apprentissage d’une communication bienveillante, dans le non-jugement.

Renseignements et entretien téléphonique avant inscription : 06 63 90 53 79
8 participantes maximum. De 18 à 88 ans.
60 EUROS l’atelier
La participation pour un trimestre n’est pas obligatoire mais conseillée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *