Amour : existes-tu ?

Share Button

Interview sur le Webzine Les Élégantes

« Le grand amour  fait vrombir le cœur, vibrer l’esprit et ouvre les portes du Bonheur. Aussi, combien le cherche ! Cependant, nombreux, nombreuses y ont glissé une idée,  une conception, ou encore un mythe, et lorsque tout cela se confronte avec la réalité…que de désillusions !

Enquête, en quête du Grand Amour avec Géraldyne Prevot-Gigant, psychopraticienne.

image1Comment définiriez-vous l’amour ? Et  le grand Amour ?
Le grand amour est un terme mystifié. De nombreuses  personnes y glissent leur aspiration : « Ah ce fabuleux amour que nous n’avons pas vécu, mais qui serait mieux que celui que nous avons vécu, qui durerait longtemps,qui serait si différent… » Oui, beaucoup de sublimationsse greffent autour de ce terme.
D’une façon beaucoup plus réaliste,  sachez qu’il existe des personnes qui vivront le grand amour rapidement, et d’autres qui devront atteindre une maturité. En effet, il s’avère imporant de savoir ce que l’on veut et l’expérimenter. A cela s’ajoute le fait qu’un travail sur soi est impératif. Comment trouver le grand amour, si l’on ne se connait pas ?
Nous sommes les acteurs  de notre vie amoureuse :  nous contribuons à rencontrer ou pas le grand amour, et à le transformer ou non en grand amour.
N’oubliez pas :  tout au long de la vie nous apprenons à aimer et à être aimé. Il existe un processus de découverte, d’apprentissage de l’amour lié à qui nous sommes, ce que la vie nous a enseigné.
En tout cas, un basique demeure : le grand amour n’est pas celui qui comble nos attentes, cette demande étant infantile. Et c’est parce qu’un travail sur soi s’est effectué, qu’une compréhension s’opère pour ce qui est des besoins d’enfant, des blessures et bien sûr, de leur guérison.

Notre société donne –t-elle envie d’aimer, d’une part, et de connaître le grand Amour d’autre part ? Pourquoi ?
Oui, c’est une question que l’on peut se poser. J’ai rencontré beaucoup de personnes qui ont une vision amère de l’existence et du cheminement amoureux. Je les appelle  les désabusés de l’amour. Il y a au fond d’eux cet absence d’espoir. Sans doute est-ce là notre société de consommation qui entraîne de nouveaux modes relationnels.

Pensez-vous que les sites de rencontres y contribuent ?
Les situations répétitives que vivent certaines personnes via ces sites peuvent conduire à saper l’estime que l’on a de soi…Et il est ensuite aisé de tomber dans un cercle vicieux dont l’espoir ne fait, hélas, pas parti.

D’ailleurs, existe-t-il réellement ?
Oui, il existe ! C’est le moteur de l’humanité. Nous avons un besoin physique, émotionnel, philosophique d »aimer et d’être aimé.

Alors, comment le rencontrer ?
La société de consommation biaise les relations amoureuses, et la manière dont on rentre en relation amoureuse. Aussi, j’insiste, mais le travail sur soi est essentiel pour répondre à ces questions  : qui je suis, qu’est ce que je veux, qu’est ce qui me correspond ?
Si je ne connais pas ce qui m’a blessé, si je ne suis pas guérie, je ne sais pas ce que je veux, et donc, mes relations à venir, ne seront pas en adéquation avec ma véritable nature. Ainsi, des choix immatures, compensatoires, névrotiques sont effectués…Il est important de pouvoir reconnaître la personne qui va  correspondre, même si au cours de la relation amoureuse, des réajustements s’effectuent. Le couple est une co-création continuelle avec le partenaire.

Cependant, certaines personnes peuvent avoir peur de faire un travail sur elles-mêmes ?
Oui ! Et elles passent à côté de quelque chose de super ! Nous sommes en perpétuel devenir, et sortir des schémas répétitifs du passé donnent une chance. Les gens ont la croyance que  le travail sur soi ouvre une porte sur quelque chose de très noire, ils ont une vision d’eux très négatives parce qu’ils ne s’aiment pas. Hors, un travail sur soi c’est découvrir des trésors qui vont faciliter la vie, et  éviter de se faire du mal. C’est s’autoriser à devenir notre meilleur allié .

Quels sont les signes qui montrent que nous l’avons trouvé ?
Si dès le départ, la relation s’avère compliquée, ce n’est pas bon. Le grand amour est simple,  fluide. Avec la personne  tout est clair, limpide, transparent.
Et puis, entrent en jeux les précédentes expériences. Ce sont elles qui indiquent quant au ressenti. Le grand amour génère un ressenti différent.
Attention, ce n’est pas tout de suite que nous savons si c’est le grand amour, mais en découvrant la personne au fur et à mesure, en vivant la relation, sa complicité…Entendons nous,  cela ne supprime pas quelques accrochages, mais dans le grand amour les partenaires dépassent les difficultés, co-créent, fondent, établissent une relation épanouissante et pérenne.

Peut-il y avoir plusieurs grands Amours dans une vie ?
J’en suis convaincue. Le meilleur est toujours à venir. Nous avons appris des relations précédentes, nous nous bonifions. Les personnes que nous rencontrons sont alors en résonance avec ce que nous sommes devenues.

Quels conseils donneriez-vous aux internautes pour rencontrer l’âme sœur ?
Déjà se trouver soi-même ! Établir un bilan quant à ce que l’on veut, quel type de personne nous avons envie de rencontrer. Ensuite, lorsque ces personnes entrent en relation, s’interroger quant à cette dernière : est-ce que je suis avec mon partenaire pour les bonnes raisons, où est-ce pour compenser des blessures passées, lesquelles…Et puis pourquoi ce choix d’homme ou de femme ? Ainsi, nous pouvons savoir si la relation est basée sur un choix névrotique ou , si elle présage d’une solide base. »

Geraldyne Prevot-Gigant est psychopraticienne  et conférencière.  Elle est également l’auteure  de « Le grand amour : se préparer à la rencontre » Ed. O. Jacob.

00 33 (0) 6 18 17 14 49

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *