Archives de l’auteur : Hadda

La Clown-Thérapie: Une nouvelle thérapie, douce et originale

Share Button

Clownessence lance un nouveau cursus de thérapie pas comme les autres : la clown-thérapie. Issu du clown de cirque, l’art du clown est devenu, depuis les années 50, un outil de développement personnel autant qu’un médium artistique. Invitant chacun-e à explorer ses émotions, à vivre plus intensément l’instant présent et à réveiller l’enfant libre qui sommeille en chaque adulte, la clown-thérapie proposée par Clownessence croise les chemins du développement spirituel et artistique en offrant à chacun-e des outils pour découvrir sa nature profonde et se révéler sous un angle complètement neuf.

La Clown-Thérapie est une méthode originale, douce et ludique qui permet de transformer ce qui empêche notre réalisation personnelle et professionnelle en atout, en joie, en créativité, en intelligence relationnelle, en rire et en légèreté. Elle nous reconnecte à notre « enfant intérieur », qui détient les clés de notre épanouissement et qui sait nous conduire vers nos plus profondes aspirations.

Découvrir et libérer « notre clown personnel » va nous outiller pour faire face à un grand nombre de situations et va nous encourager à une progressive transformation vers une version plus expressive, plus authentique et plus créative de notre être.

Notre clown joue avec tout et nous aiguille à éprouver beaucoup plus de plaisir dans notre vie. Il/elle nous guide ainsi à « danser avec les situations de l’existence », à transformer nos aspects négatifs en aspects positifs et bienfaisants et à explorer l’humour et le détachement.

Contrairement au jeu théâtral qui demande de composer un personnage, notre « clown personnel » s’ancre dans nos façons personnelles d’être et de dire, dans nos sensations, nos émotions, nos sentiments et notre singularité. Le révéler nous ouvre un chemin de transformation personnel et spirituel, qui nous éveille à de nouvelles façons d’aborder l’existence et les relations interpersonnelles. C’est une sorte de maître intérieur, de double fou, d’autre-soi qui nous semble aussi intime qu’étrange. Cela fait de cet archétype millénaire un médium particulièrement doué pour nous rapprocher de notre authenticité et de notre âme d’enfant.

La clown-thérapie propose, entre méditations, improvisations, jeux de cohésion, jeux de confiance, relaxation, une danse spéciale, la « Clown Danse de Libération », qui permet de libérer de nous tous les personnages que nous pouvons jouer au quotidien, de toutes les facettes de notre comportements, de tous les aspects qui caractérisent notre personnalité. Cette danse est la clé de voûte de la méthode et permet aux participants de vivre une intense transformation. Elle créé une désidentification entre soi et les personnages que nous hébergeons, qui se repère par la légèreté, la fantaisie, l’imagination et la joie de l’expression libre.

Notre clown éveilleur vit dans l’accueil inconditionnel de tous les événements qui nous arrivent. Il va nous permettre de goûter à notre authenticité de plus en plus profondément, à la réalité de qui nous sommes derrière l’ensemble de nos personnages. Notre clown inclut dans notre expression tout ce qu’il ressent de nous, et tout cela, ce sont des perceptions. Or nous ne sommes pas nos perceptions, nous ne sommes pas notre corps, nous ne sommes pas notre personnalité ! Alors notre clown va, par sa grande liberté expressive et par sa légèreté, nous désidentifier de nos perceptions et va me rapprocher de qui nous sommes vraiment, de notre nature profonde, de notre nature primordiale d’être éveillé.

Clownessence, basé à Paris 15 ème, accompagne depuis 2006 toute personne souhaitant se développer par l’intermédiaire de l’art du clown. Cet organisme est enregistré auprès du Préfet de la région Ile de France, en tant qu’organisme de formation. Un site internet www.clownessence.fr est à disposition, pour apporter des informations sur cette thérapie ludique et innovante, la clown-thérapie, et sur la formatrice, Lydie Taieb. Après une expérience professionnelle dans une grande entreprise, Lydie Taïeb s’est formée à différentes techniques et notamment à la médiation tibétaine, à la danse et à l’art du clown. Son but est d’apprendre aux participants à devenir acteurs de leur propre vie et à se rapprocher de leur nature profonde. L’écoute se fait de manière active et dans un cadre doux et bienveillant.

Cf.Profil complet sur LinkedIn : https://www.linkedin.com/in/lydie-taïeb-1a67a543/

DECOUVREZ LA CLOWN-THERAPIE : https://contact23da4e.clickfunnels.com/clown-therapie-descr…
CONTACT : Lydie Taïeb au 06 69 31 27 28
WEB : 
www.clownessence.fr
MAIL : contact@clownessence.fr

Festival des thérapies douces les 23 et 24 septembre : demandez le programme !*

Share Button

Nous sommes impatients de vous retrouver pour le 3 ème Festival des Thérapies Douces qui a pour thème : découvrez la meilleure version de vous- même.

Après le succès des deux premières éditions, nous avons décidé de vous chouchouter encore :

Avec humilité et bienveillance, nous vous invitons au plus beau des voyages: le voyage intérieur.

A travers des conférences enrichissantes, uniques, des ateliers inspirants, créatifs, ludiques, vous allez nourrir votre corps et votre esprit et  donc…découvrir la meilleure version de vous-même.

Au fil des deux jours, nous répondrons à toutes vos questions.
(Nous sommes passionnés ! )

Vous rencontrerez aussi nos partenaires, ceux avec qui nous partageons les mêmes valeurs, la même éthique : Sens et expériences, Le Souffle d’or, L se réalisent, Savoir psy, Orbs, Ananda Evénement…

L’événement aura lieu au: 

Les Miroirs de l’Âme

37- 41 rue Labat
75018 Paris

Pour réserver votre place en ligne : https://www.weezevent.com/festival-des-therapeutes-parisiens

Samedi 23 septembre 2017

Salle majeur : conférences et ateliers 

11.00-12.00.Conférence. Christopher et Dominique Peterson :  développer la présence personnelle et professionnelle à travers le développement de nos quatre intelligences 13.00-14.00.Conférence. Christophe Médici: savoir gérer les personnes toxiques dans sa vie pour éviter le Burn-out 

14.30-15.30.Atelier. Nathalie Vieyra : découverte du  Wutao

15.30- 16.30.Conférence. Dominique Bouilly: se réveiller avec le tantra 

17.00-18.00.Conférence. Maxence Layet : la science du corps-énergie

18.00-19.00.Conférence. Cristina Marques : le meilleur moyen d’être heureux en couple, c’est d’apprendre d’abord à être heureux tout seul 

Salle mineur : conférences/ ateliers 

10.00-11.30. Atelier. Caroline Van den Bosch/ Thierry Pascal- Jean : les outils de la découverte de soi du psychopraticien

11.30-12.00. Conférence. Caroline Van den bosh et Thierry  Pascal jean : le meilleur de soi-même à travers le chemin du soi selon Jung

12.30-14.30.Conférence + atelier. Nathalie Morro : le pouvoir du rêve

15.00-16.30.Atelier. Marie – Laurence Boué : découverte des Constellations familiales

16.30-17.30. Conférence. Carmen Belafonte : les soins Quantiques comment se réalisent- ils ?  

17.30-19.00. Atelier. Lydie Taieb : la clown danse de libération. Conférence : le clown et les figures cachées

Salle soleil : ateliers
10.00-11.00 Anabelle De Villedieu : concert méditatif bains de sons cristallin , chant de l’Âme

11.00-12.30 Laurence Simenot : méditation et spiritualité au quotidien

12.30-13.30 Chloé Rossi : l’enfant intérieur

14.00-15.30 Ibtissame Boucchadi : développer votre répartie- 1h30

16.00-17.00 Aurélie ingrand : apprendre à gérer le stress avec la sophrologie

17.00-18.00 Thierry Folliard: l’herboristerie aujourd’hui

Cabine: soins
10.00-12.00 Chloé Rossi : reiki et access bars
12.00-14.00 Claire Cordié : massage biodynamique
14.00-16.00 Hadda Djeribi : reiki -soin du féminin 
16.00-18.00 Céline Peltier : massage aux bols tibétains, tambour et gong
Tout au long de la journée, place à  des  démonstrations de l’art de la trichothérapy avec les doigts magiques d’Arno. Les plus chanceux bénéficieront  d’un soin énergétique unique !

20h :  cerise sur le festival, le concert de harpe d’Emilie Dumas



Dimanche 24 septembre 2017

Salle majeur: conférences et ateliers

11.00-12.00. Conférence. Frederic lecoq :  le aikido verbal

12.00-13.00. Conférence. Isabelle Bignot et Ingrid Graziosi : développer la conscience de soi via l’état hypnagogique

13.30-14.00. Conférence. Amina La Cléatrice : méditer, pourquoi, comment ?

14.00-15.00.Atelier.Amina La Cléatrice : la méditation en pratique

15.30-17.00. Atelier. Caroline Jeannoutout : découverte de la gym Posturale.

 

Salle mineur: conférences/ ateliers

10.00-11.00. Conférence. Manuel o ‘gomes : Comment donner du sens à sa vie ?

11.00-12.00. Atelier.  Marie Christine Devineau : initiation  à l’approche Corps & Accord

12.00-13.00. Conférence. François Lovisi : réguler le stress avec la Médecine Traditionnelle Chinoise

13.30-15.00. Conférence. Agnès Chauvin : soufflez vos maux

15.00-16.00. Conférence. Philippe Sieca : inconscient et mémoire du corps, une approche énergétique

16.00-17.30. Atelier. Martine Annabelle : vous avez dit feng -shui ? Votre intérieur est le reflet de ce que vous êtes et vivez

 

17.30-19.00. Conférence et atelier. Frédéric Manthé :  confiance en soi par le Tantra –

 

Salle soleil : ateliers

10.30-11.00.  Valérie Bernier : la Dynamique Emotionnelle, pour une « version » originale !

11.00-12.30. Maria Bouanane : Rencontre avec votre enfant intérieur

12.30-13.30. Anick Rosas : atelier dédié aux femmes lâcher prise et révéler ses talents à travers la parole, le corps et  la créativité

13.30-15.00. Christine Dorcet : la gestalt, art du contact

15.00-16.30.  Laurence Simenot : booster confiance/estime de soi et intuition avec le Jeu de l’Entraide

16.30-17.30. Sylvie Ferré : le yoga Nidra, une relaxation méditative

17.30-19.00 Elodie Tarillon : lithothérapie, les vertus des pierres  



Soins en cabine :
10.00-12.00 Frédéric Manthé : soins tantra 
12.00-14.00 Claude Canivez: soins EFT
14.00-16.00.  Marie-Christine Devineau : soin d’initiation à la posture 
16.00-18.00.  Martine Koehler : Hypnose et PNL

Attention, ce programme est sous réservé de désistement, pour en savoir plus sur chaque thème rendez-vous sur l’événement Facebook pour des présentations détaillées

Voici l’été, l’eau, le repos

Share Button

L’été débute, voici quelques conseils pour en profiter dans les meilleures conditions.

Lorsqu’il fait chaud, la première chose à faire est de bien s’hydrater, en buvant régulièrement de l’eau (ou mieux de l’eau de coco). Attention, elle ne doit pas être glacée, cela risquerait de perturber la digestion et de déclencher des maux de ventre. Pensez à intégrer à vos menus des fruits et légumes gorgés d’eau (courgette, concombre, pastèque, melon …).

N’hésitez pas à vous rafraîchir et vous mouillez le corps et même de dormir dans un pareo mouillé… . Trempez les avant-bras dans l’eau fraîche  et « brumisez » le visage des bébés et des personnes âgées.

A moins d’être un sportif très entraîné, évitez les activités trop cardio. Bougez mais raisonnablement ! Lorsque le corps atteint une température de 41 degrés, la chaleur peut attaquer les muscles. Attention aux malaises !

Le yoga, la natation, la marche, sont des pratiques parfaites par temps chaud. Portez des vêtements clairs : ils ont un effet de réverbération de la chaleur vers l’extérieur.

Profitez du matin pour méditer, vous relaxer.

Évidemment, évitez de trop vous exposer au soleil, surtout entre midi et deux.

Si vous avez les  jambes lourdes, prenez tous les jours 2 cuillères à soupe d’huile végétale riche en oméga. Cela vous permettra d’assouplir les membranes de vos vaisseaux sanguins.

Enfin, si vous partez à l’étranger, pensez à prendre un peu d’argile en tube ou en poudre, que vous pourrez mélanger à l’eau pour l’assainir, si elle est polluée.

Bonnes vacances à tous !

Comment détecter un « vrai » thérapeute ?

Share Button

Comme nous l’avons déjà expliqué, le business du bien-être a le vent en poupe. Les annuaires prolifèrent et se livrent une concurrence féroce. Pour certains lecteurs qui ne savent pas comment s’y reconnaître dans la jungle des thérapies douces, voici quelques conseils.

Fuyez le praticien qui n’est ni signataire d’une charte de déontologie, ni adhérent à une fédération

Le praticien doit pouvoir justifier de son cursus et diplômes valides. L’association des Thérapeutes Parisiens, sans but lucratif, (cela change tout) sélectionne avec rigueur et sérieux ses praticiens. D’ailleurs, parmi nos partenaires ou adhérents, nous comptons des écoles ou organismes de formation reconnus : le Cenatho, Savoir psy, Indigo formation…

Nos praticiens sont recommandés par leurs clients, travaillent en réseau et sont souvent enseignants. Depuis cinq ans, ils échangent leurs pratiques entre – eux et mettent en commun leurs compétences pour proposer des protocoles communs.

Fuyez le praticien qui vous incite à arrêter un traitement allopathique ou qui affirme vous guérir d’une maladie grave ou incurable

Un praticien de confiance doit pouvoir décrire précisément à ses clients les détails de sa pratique et évidemment prouver la traçabilité des produits qu’il utilise. N’hésitez pas à lui poser des questions ! Vous avez droit d’être sécurisé.

Les Thérapeutes Parisiens, par exemple, travaillent main dans la main avec le corps médical. La preuve : nous avons des médecins et pharmaciens parmi nos adhérents. Nous prenons le temps de vous orienter vers le praticien le plus adapté à votre profil et votre éventuelle pathologie.

Nous nous positionnons en complément de la médecine traditionnelle et nous ne nous substituons en aucun cas à elle. Nos praticiens peuvent vous soulager des effets secondaires des maladies, vous accompagner dans la prévention de votre santé, vous apprendre à prendre soin de vous. Ils ne prétendent pas « guérir ».

Le métier de thérapeute est un métier exigeant.

Share Button

Le métier de thérapeute est un métier exigeant.

Accompagner une personne dans son parcours de vie, quelle que soit la durée de cet accompagnement, nous confronte à l’altérité et à la singularité de la personne et de son parcours. Quelles que soit nos connaissances, nos compétences peuvent être mises à rude épreuve. Pour maintenir à la fois un savoir-faire et un savoir être, il faut remettre sans cesse son ouvrage sur le métier pour affiner, travailler les zones d’ombres, être curieux de nouveaux savoirs, élargir son champ de compétences.

Etre thérapeute, c’est, au-delà de la compétence professionnelle, une qualité de relation humaine, dans un espace bien défini que nous offrons pour accompagner la difficulté, la souffrance, le questionnement, le mal-être, l’insuffisance, la solitude, l’incomplétude, la finitude et tellement d’autres défis d’une vie.


Le corps que nous avons n’est pas forcément celui que nous vivons, le sens que nous donnons à ce que nous vivons n’est pas le même que celui de l’autre et tout cela vient nous bousculer jusqu’à parfois nous faire chavirer. Plus que tout autre corps, celui du thérapeute doit être
en capacité d’accueillir l’autre et son moment de vie.

Ainsi, dans le souci d’aider les thérapeutes à faire face à ces défis, nous proposons des formations pour compléter, enrichir leur socle de compétences, et ce dans quatre domaines :

 

  • Celui de la place du corps dans la relation thérapeutique : les formations psychocorporelles.

  • Celui de la mise en sens de ce que l’on vit : les formations jungiennes,

  • Celui de la réflexion philosophique et anthropologique : des journées thématiques, comme en ce moment la vulnérabilité et la fragilité 

  • Celui de la place de la relation à soi et aux autres : formations gestaltistes thématiques (le corps, la sexualité et le désir de vie, le pouvoir de la conscience dans la relation thérapeutique).

Accueillir, écouter, avoir le bon geste thérapeutique, c’est mettre ensemble ces socles dans la rencontre thérapeutique. C’est entendre, voir et sentir son « être au monde » résonnant avec le nôtre.

De cette alchimie, il  émergera quelque chose, qui, espérons-le, aidera à faire un pas de plus.


N’hésitez à aller consulter notre site : savoirpsy.com 

Chouchoutez-vous enfin !

Share Button

Entre les examens de fin d’année qui se profilent et la perspective du deuxième tour des élections, le stress est au rendez-vous. Nos thérapeutes, toujours bienveillants, vous aident à vous détendre, vous apaiser, bien vous nourrir, souffler,  réfléchir ou rire …  

Ne ratez vos cours de yoga, sous aucun prétexte !

Libérez votre esprit du stress avec les asanas. La posture de l’arc, du poisson, de la tête au genou, du demi – pont, du chat, des mains aux pieds, de l’étirement du dos, du chien la tête en bas, du poirier, du cadavre… vous feront un bien fou !  A la fin de votre séance, allongez-vous en Yoga Nidra pour vous relaxer et éliminer les toxines, souvent cause de stress.

Les bienfaits de la méditation sur le stress ne sont plus à démontrer. Elle permet de se concentrer sur ses sensations, dans l’ici et maintenant, et d’espacer les pensées anxiogènes.  Nous  savons aujourd’hui qu’elle permet d’augmenter l’activité de la zone cérébrale qui traite des émotions. Il parait même que le  degré de joie serait  proportionnel aux heures passées à méditer. Ah, notre beau cerveau !

Pour apaiser les tensions musculaires provoquées par le stress  rien ne vaut une séance de massage. Cupping (les fameuses ventouses), assis (express, au bureau), shiatsu … nos praticiens ont des doigts de fée !

Pensez aussi à l’acupuncture et aux réflexologies. Pour les Chinois, le stress peut résulter d’une situation vécue “mal transformée” par l’organisme et qui blesse un organe : la peur attaque l’énergie du rein, la colère, celle du foie…

Stimuler les points d’acupuncture (avec des aiguilles ou pas) a un effet calmant  et relaxant.  Cela permet de  soulager les sensations d’anxiété et de dépression, et donner  un sentiment accru de bien-être et de confiance en soi.

Evidemment, avant d’affronter  un oral ou vous engouffrer dans l’isoloir, la sophrologie est d’un grand secours.

Et n’oubliez pas que quelques séances de coaching ou de psychothérapie peuvent être bénéfiques pour prendre de la distance par rapport au stress intense et ses conséquences :   blocages  relationnels, manque de confiance en soi, « sabotage » de son potentiel…

Abandonnez vos to do list et prenez le temps de vous reconnecter à vos valeurs , votre corps, votre créativité !

Nos conseils anti-stress

Programmez des pauses dans la journée : se relaxer, s’étirer, respirer, méditer permettent  d’abaisser le niveau de stress, de se libérer des pensées trop envahissantes. Votre corps vous envoie des signaux, apprenez à les déchiffrer. La vigilance et l’écoute des sensations aident à prévenir le stress.  N’attendez pas d’en avoir  « plein le dos » pour lâcher prise ! Comment je me sens, ici et maintenant ?

Pratiquez l’activité physique. Aller au boulot à pied, à vélo, fréquenter la salle de jour ou s’abonner à  un cours de danse  est un exutoire. Le sport  permet d’évacuer les tensions et le trop plein d’énergie. Engagez tout votre corps dans le mouvement, aimez-le, remerciez-le.

Mangez calmement et en conscience, assis, à table, et savourez chaque aliment, avec tous vos sens,  comme si vous le découvriez pour la première fois. Prenez conscience de vos besoins, de votre niveau de satiété et évitez, dans la mesure du possible les excitants, les plats trop lourds.

Apprenez à respirer. Souvent, devant une situation de stress, on coupe son souffle.  Or, une bonne respiration est essentielle car elle régule toutes les fonctions de l’organisme et fait circuler l’énergie. Installez-vous confortablement,  relâchez la mâchoire, détendez tout votre corps. Inspirez doucement en gonflant le ventre au maximum, puis, expirez par la bouche en le rentrant au maximum et imaginez que vous vous débarrassez ainsi de tous  vos soucis.

Arrêtez de râler. Plus on râle, plus on s’engouffre dans une spirale négative et  on active le stress. Tout devient source de frustration et on se positionne en victime. Au contraire, comme le dit  Christine Lewicki, auteur de l’ouvrage « j’arrête de râler », renoncer à râler c’est se mettre en  situation de générer du changement, reprendre sa vie en main.

Dans notre annuaire , vous trouverez  le  praticien  qui correspond  vraiment à vos attentes.

La sophrologie synonyme de bien être au travail

Share Button

Article publié initialement le 5 avril 2017 sur le site de FoxRH

« FoxRH a rencontré Corinne Faivre, hypnothérapeute et sophrologue, membre de l’association des thérapeutes parisiens qui nous fait le plaisir de répondre à quelques questions sur la sophrologie en entreprise.

1°) Qu’est ce que la sophrologie ?

 La sophrologie a été créée par Alphonso Caycédo (neuropsychiatre colombien) dans les années 60. Il s’est inspiré de l’hypnose, de la méditation, du zen, du yoga… , pour concevoir une méthode psychocorporelle qui vise à réharmoniser le corps et l’esprit (le mental)

La sophrologie se vit, s’expérimente. Les techniques enseignées visent à rendre la personne autonome grâce à une pratique quotidienne. Elle permet de réactiver ses propres ressources et de développer ses capacités d’optimisme, d’enthousiasme et de confiance en soi.


2°) En quoi la sophrologie peut-elle aider dans la vie professionnelle ?

 La sophrologie peut intervenir à tous les niveaux d’une entreprise, quelque soit le niveau de responsabilité.

Elle permet au salarié de se sentir mieux sur son lieu de travail, de se sentir entendu et soutenu par son employeur et donc d’être plus motivé. Un « salarié heureux » est plus investi et donc plus productif. Pour cela, la sophrologie doit être intégrée dans le cadre d’une prise en compte globale du fonctionnement de l’entreprise. 

3°) Quelles sont les problématiques les plus répandues en entreprises que vous pouvez traiter grâce à la sophrologie ?

La sophrologie a plusieurs champs d’action.

En entreprise, des séances de sophrologie peuvent être mises en place afin d’aider le personnel à apprendre à gérer son stress (certainement la première demande), les émotions, à améliorer son sommeil, mieux se concentrer, mieux appréhender le changement, à développer la confiance en soi, prendre la parole en public, à gérer le conflit..

4°) Quel type d’entreprise fait appel à la sophrologie et à quel moment ?

 Tout type d’entreprise peut solliciter l’intervention d’une sophrologue quelque soit sa taille.

D’une manière générale, une entreprise souhaitant prendre en charge la santé physique et psychologique de son personnel verra beaucoup d’avantages à faire appel à une sophrologue.

La demande peut venir des salariés, des dirigeants, de la DRH ou de la médecine du travail. La sophrologie est une méthode complémentaire à ce qui existe déjà au sein de l’entreprise (psychologue du travail, cellule d’écoute…)

 La sophrologue, en tant qu’intervenante extérieure, peut participer au recueil des besoins afin d’élaborer le plan d’actions le plus adapté à l’entreprise. Elle peut être intégrée au programme dans le cadre de la prise en charge des RPS, que ce soit en cas de crise ou en prévention.

5°) Comment se déroule une séance type de sophrologie dans les entreprises ?

 Les séances de sophrologie en entreprise ont souvent lieu en groupe (d’une dizaine de personnes) autour d’une thématique commune. Un programme d’une dizaine de séances permettra aux participants d’acquérir des outils à réutiliser facilement au quotidien à son poste de travail.

Des séances peuvent aussi être proposées pour des problématiques plus personnelles. Les participants étant assis, les séances peuvent avoir lieu dans une salle de réunion, dans un environnement calme de préférence. 

 La sophrologie passe par une relaxation du corps, pour calmer le mental puis une visualisation en fonction de l’objectif de la séance, qui dure 1 heure en moyenne. »

 Interview de Corinne Faivre que vous pouvez retrouver sur son site internet : www.croire-en-soi.com

Le dépassement de soi : une question de volonté mais pas seulement

Share Button

Les femmes ne se fixent que très peu de limites dans leur quotidien. Elles cumulent plusieurs vies dans une seule, plusieurs fonctions. Elles sont sur tous les fronts. A la fois femme, mère, collègue, amie… Si elles ont tendance à penser que le dépassement de soi  est une question de volonté, comme le montre le sondage IFOP, leurs  corps à également un rôle essentiel dans ce processus.

Elles doivent apprendre   à  l’  écouter,  ce corps. Un coup de fatigue ? Il est peut-être temps de se reposer. Car le corps ne ment jamais. Même les émotions non exprimées  s’impriment dans le corps. Ce processus entraîne la somatisation que nous connaissons tous (« En avoir plein de dos »…). Nos symptômes physiques se déchiffrent comme des phrases.

Alors comment faire pour écouter son corps quand il « faut être » à 100 à l’heure en permanence ? J’invite mes patientes à lâcher prise.

Lâcher-prise par rapport aux injonctions de la mode, de la société, le mythe du corps parfait, de la taille idéale, de la bonne mère et de la parfaite épouse.  S’accepter avec ses qualités et ses  défauts, ses zones d’  ombres, arrêter  le contrôle sur soi, le diktat de la perfection.  Il ne s’agit pas de se résigner, de fuir devant les difficultés mais de  prendre contact avec nos ressources, nos désirs. Toujours se demander : qu’est-ce qui est a du sens pour moi ? De quoi j’ai besoin ? Celles qui restent dans le faux self, la posture, finissent parfois par faire un burn – out. Le corps prend le dessus !

De la représentation à la réalisation

Aujourd’hui, progressivement, une mutation du paraître à l’être voit le jour. Comme si certaines femmes recherchaient l’harmonie, sans frustrations, choisissaient de FAIRE non pas  pour PARAITRE (être dans la « persona »  ) mais  de FAIRE pour ETRE  (être dans « le soi »).  De la représentation à la réalisation. Les femmes  s’accepteraient  davantage telles qu’elles  sont ? Il y a aussi une question d’âge, la crise de milieu de vie nous encourage à se recentrer sur l’essentiel.

 Traditionnellement, l’idée de s’aimer soi-même passe pour  futile, ridicule, prétentieuse. Or, s’aimer, se respecter, est indispensable pour se dépasser. Les femmes, aujourd’ hui, ont peut -être moins peur du jugement, de l’échec, du rejet qu’avant.  Elles s’approprient davantage leurs corps et c’est une bonne nouvelle ! Et plus elles s’aiment, plus elles aiment les autres, et plus elles se dépassent pour elles et pour les autres.

Déplacer des montagnes, sortir de notre zone de confort

Lâcher prise, enfin, c’est accepter de faire des « stop » dans nos vies trépidantes. « Poser » notre cerveau, revenir dans le corps, nous incarner. La méditation pleine conscience, par exemple, (mindfulness) est un bon outil. Il s’agit de prendre conscience, comme son nom l’indique,  du moment présent,  de centrer son attention sur tous nos ressentis, notre respiration. Nous reconnecter à notre corps, donc. Il n’est pas rare que celles qui avaient perdues leur joie de vivre la retrouvent et d’ailleurs, n’aient plus « mal quelque part ».

Le risque serait qu’à force d’être « invincibles », de courir dans tous les sens, les femmes oublient de prendre soin de leur corps, grignotent n’importe quoi sur un coin de table ou saute un repas, zappe l’heure de leur cours de yoga, perdent le sommeil. Or, pour déplacer des montagnes, sortir de leur zone de confort, elles doivent non seulement être bien dans leur peau mais avoir une bonne hygiène de vie.

Là encore, il  semblerait que bon nombre de femmes aient pris conscience du rôle crucial de la prévention pour mieux vivre. Et plus longtemps.

Anick Rosas- http://www.soutien-somato-psy.com/

Amour : existes-tu ?

Share Button

Interview sur le Webzine Les Élégantes

« Le grand amour  fait vrombir le cœur, vibrer l’esprit et ouvre les portes du Bonheur. Aussi, combien le cherche ! Cependant, nombreux, nombreuses y ont glissé une idée,  une conception, ou encore un mythe, et lorsque tout cela se confronte avec la réalité…que de désillusions !

Enquête, en quête du Grand Amour avec Géraldyne Prevot-Gigant, psychopraticienne.

image1Comment définiriez-vous l’amour ? Et  le grand Amour ?
Le grand amour est un terme mystifié. De nombreuses  personnes y glissent leur aspiration : « Ah ce fabuleux amour que nous n’avons pas vécu, mais qui serait mieux que celui que nous avons vécu, qui durerait longtemps,qui serait si différent… » Oui, beaucoup de sublimationsse greffent autour de ce terme.
D’une façon beaucoup plus réaliste,  sachez qu’il existe des personnes qui vivront le grand amour rapidement, et d’autres qui devront atteindre une maturité. En effet, il s’avère imporant de savoir ce que l’on veut et l’expérimenter. A cela s’ajoute le fait qu’un travail sur soi est impératif. Comment trouver le grand amour, si l’on ne se connait pas ?
Nous sommes les acteurs  de notre vie amoureuse :  nous contribuons à rencontrer ou pas le grand amour, et à le transformer ou non en grand amour.
N’oubliez pas :  tout au long de la vie nous apprenons à aimer et à être aimé. Il existe un processus de découverte, d’apprentissage de l’amour lié à qui nous sommes, ce que la vie nous a enseigné.
En tout cas, un basique demeure : le grand amour n’est pas celui qui comble nos attentes, cette demande étant infantile. Et c’est parce qu’un travail sur soi s’est effectué, qu’une compréhension s’opère pour ce qui est des besoins d’enfant, des blessures et bien sûr, de leur guérison.

Notre société donne –t-elle envie d’aimer, d’une part, et de connaître le grand Amour d’autre part ? Pourquoi ?
Oui, c’est une question que l’on peut se poser. J’ai rencontré beaucoup de personnes qui ont une vision amère de l’existence et du cheminement amoureux. Je les appelle  les désabusés de l’amour. Il y a au fond d’eux cet absence d’espoir. Sans doute est-ce là notre société de consommation qui entraîne de nouveaux modes relationnels.

Pensez-vous que les sites de rencontres y contribuent ?
Les situations répétitives que vivent certaines personnes via ces sites peuvent conduire à saper l’estime que l’on a de soi…Et il est ensuite aisé de tomber dans un cercle vicieux dont l’espoir ne fait, hélas, pas parti.

D’ailleurs, existe-t-il réellement ?
Oui, il existe ! C’est le moteur de l’humanité. Nous avons un besoin physique, émotionnel, philosophique d »aimer et d’être aimé.

Alors, comment le rencontrer ?
La société de consommation biaise les relations amoureuses, et la manière dont on rentre en relation amoureuse. Aussi, j’insiste, mais le travail sur soi est essentiel pour répondre à ces questions  : qui je suis, qu’est ce que je veux, qu’est ce qui me correspond ?
Si je ne connais pas ce qui m’a blessé, si je ne suis pas guérie, je ne sais pas ce que je veux, et donc, mes relations à venir, ne seront pas en adéquation avec ma véritable nature. Ainsi, des choix immatures, compensatoires, névrotiques sont effectués…Il est important de pouvoir reconnaître la personne qui va  correspondre, même si au cours de la relation amoureuse, des réajustements s’effectuent. Le couple est une co-création continuelle avec le partenaire.

Cependant, certaines personnes peuvent avoir peur de faire un travail sur elles-mêmes ?
Oui ! Et elles passent à côté de quelque chose de super ! Nous sommes en perpétuel devenir, et sortir des schémas répétitifs du passé donnent une chance. Les gens ont la croyance que  le travail sur soi ouvre une porte sur quelque chose de très noire, ils ont une vision d’eux très négatives parce qu’ils ne s’aiment pas. Hors, un travail sur soi c’est découvrir des trésors qui vont faciliter la vie, et  éviter de se faire du mal. C’est s’autoriser à devenir notre meilleur allié .

Quels sont les signes qui montrent que nous l’avons trouvé ?
Si dès le départ, la relation s’avère compliquée, ce n’est pas bon. Le grand amour est simple,  fluide. Avec la personne  tout est clair, limpide, transparent.
Et puis, entrent en jeux les précédentes expériences. Ce sont elles qui indiquent quant au ressenti. Le grand amour génère un ressenti différent.
Attention, ce n’est pas tout de suite que nous savons si c’est le grand amour, mais en découvrant la personne au fur et à mesure, en vivant la relation, sa complicité…Entendons nous,  cela ne supprime pas quelques accrochages, mais dans le grand amour les partenaires dépassent les difficultés, co-créent, fondent, établissent une relation épanouissante et pérenne.

Peut-il y avoir plusieurs grands Amours dans une vie ?
J’en suis convaincue. Le meilleur est toujours à venir. Nous avons appris des relations précédentes, nous nous bonifions. Les personnes que nous rencontrons sont alors en résonance avec ce que nous sommes devenues.

Quels conseils donneriez-vous aux internautes pour rencontrer l’âme sœur ?
Déjà se trouver soi-même ! Établir un bilan quant à ce que l’on veut, quel type de personne nous avons envie de rencontrer. Ensuite, lorsque ces personnes entrent en relation, s’interroger quant à cette dernière : est-ce que je suis avec mon partenaire pour les bonnes raisons, où est-ce pour compenser des blessures passées, lesquelles…Et puis pourquoi ce choix d’homme ou de femme ? Ainsi, nous pouvons savoir si la relation est basée sur un choix névrotique ou , si elle présage d’une solide base. »

Geraldyne Prevot-Gigant est psychopraticienne  et conférencière.  Elle est également l’auteure  de « Le grand amour : se préparer à la rencontre » Ed. O. Jacob.

00 33 (0) 6 18 17 14 49

 

L’heure de la détox a sonné

Share Button

En énergétique chinoise, nous sommes au  Printemps. Si, si.

Le caractère chinois qui  désigne le printemps est « chun ». Il évoque le soleil qui perce entre les arbres. C’est la montée du yang, de l’énergie.

C’est la saison du  foie qui a principalement  pour fonction de drainer et de purifier le sang.

Le foie est associé aux muscles et aux tendons. La marche et les exercices d’étirements facilitent la circulation du Qi.

l est conseillé de limiter la consommation de viandes grasses, les sucres, les graisses et l’alcool. L’assimilation des aliments doit se faire avec modération, pour éviter les risques d’hyperactivité du foie.

Une  congestion du foie peut favoriser  un comportement irritable, de l’impatience et des  crises de colère. À l’inverse, si votre foie est trop fatigué et en vide d’énergie, vous aurez des difficultés à prendre des décisions,   des symptômes dépressifs ou anxieux …

 C’est aussi le temps du massage cupping.  https://acupuncture-sans-aiguilles.com/about/les-ventouses/

Les ventouses aspirent toutes les impuretés et les toxines qui bouchent les pores. La peau étant un des organes  émonctoires de notre corps.

Comment ça marche ? L’aspiration va attirer sous la ventouse un flux sanguin, réactivant ainsi une circulation dynamique, une meilleure élimination de nos déchets par un drainage efficace et…anti -cellulite.

 Les  ventouses  permettent aussi de se régénérer et de s’apaiser, de retrouver la mobilité naturelle. En effet, l’aspiration balaye tous les points énergétiques du corps, dénouant  les nœuds énergétiques. Conclusion : les  tensions  du corps  et de la tête  sont libérées. Les organes se détoxifient  et le  circuit énergétique se rétablit.

Au niveau sanguin, le massage à la ventouse va redynamiser toute la circulation et contribuer à renforcer les défenses immunitaires.

 Alors, prêts pour la détox ?

François Lovisi, acupuncture, massage aux ventouses, réflexologies

https://acupuncture-sans-aiguilles.com/