Archives de catégorie : zoom sur

Le rituel Inca de Carmen Belafonte

Share Button

Carmen Belafonte présente sa pratique lors du festival des thérapies douces.
Elle a découvert la physique quantique qui, pour elle, explique scinetifiquement le chamanisme. “On peut à travers notre intention, transformer la matière.je demande à la personne ce qu’elle veut concrètement régler dans sa vie et à partir de là, on va travailler les émotions bloquées. Vous avez une problématique avec vos parents et quand vous les retrouvez, vous snetez beaucoup de colère ? je vais me connecter à vous. je ne ovus dis pas ce que j’ai trouvé pour ne pas faire travailler votre conscient.Les évolutions se manifestent les jours suivants. Parfois, il faut plusieurs séances car il y a plusieurs couches d’émotions”.
Regardez cette conférence passionnante

PRENDRE DU RECUL

Share Button
ob_e8690a_index

Comment travailler sur les émotions de la vie quotidienne qui peuvent nous toucher, nous apporter des sensations qui ne sont pas forcément intéressantes?

Quand on a besoin de souffler, de couper le mental nous pratiquons un sport, allons au cinéma, lisons, nous adonnons à nos hobbies ou encore pour les plus chanceux profitons de superbes vacances bien méritées.

Si cela nous permet d’être plus détendu, de nouveau dans la situation qui nous soucie, les tensions, les appréhensions, les émotions reviennent. Pourquoi?

Car ce qui nous pose problème ce n’est pas l’émotion en soi mais notre façon de percevoir l’évènement qui crée cette émotion.

Changer la perception que vous avez d’un évènement et vous changerez l’émotion qui y est rattachée.

Je vous propose ici une petite technique d’auto-hypnose pour apprendre à “prendre du recul”:

Pensez à une situation qui vous tend un peu, qui génère du stress, de l’appréhension…Prenez le temps de vous reconnecter à cette émotion…puis demandez-vous quelle est la première image qui vous vient à l’esprit en repensant à cette situation. Est-ce le souvenir de l’évènement d’origine? La dernière fois que vous avez ressenti cette émotion…la toute première…?

Cette image qui vous est venue à l’esprit, où se situe t-elle par rapport à vous. Est-elle sur votre droite, sur votre gauche? Est-elle grande, petite? Lumineuse, sombre? Juste devant vous ou très loin? Prenez le temps de bien la situer…

Commencez alors à imaginer que vous puissiez la rétrécir…puis l’éloigner de vous et observer ce que cela change dans votre ressenti…

Puis observer si quand vous repensez à l’évènement, vous êtes à l’intérieur ou à l’extérieur de l’image? Si ce n’est pas déjà le cas, repensez à cet évènement en vous y voyant de l’extérieur, comme un spectateur…Ensuite prenez mentalement du recul, éloignez-vous comme une caméra qui s’éloigne d’une scène ou peut-être préfererez-vous vous élever et prendre de la hauteur…Voyez comme la scène se fait de plus en plus en petite, peut-être flou…on y distingue de moins en moins les détails…peut-être même que pour certains d’entre vous la scène disparaît…

Observez une nouvelle fois comment votre ressenti change, se transforme…”

C’est un exercice tout bête qui vous permet d’observer comment vous pouvez prendre du recul mentalement sur les choses.

En le faisant sur plusieurs émotions, plusieurs souvenirs, plusieurs tensions, vous créerez des automatismes et apprendrez à votre inconscient à classer les émotions , les souvenirs différemment.

Bonne pratique!

Rédigé par Enying Ateba

Arnaud Riou intervient lors du célèbre Forum International de l’Evolution de la Conscience

Share Button

forum-2014-fr-blanc-128Arnaud Riou interviendra pour un témoignage d’évolutionnaire et un atelier lors du célèbre Forum International de l’Evolution de la Conscience le 8 octobre prochain. Les inscriptions sont ouvertes !

8 octobre 2016 – La Sorbonne Malesherbes – Paris
5ème FORUM INTERNATIONAL DE L’EVOLUTION DE LA CONSCIENCE
Le 4ème Big Bang : le potentiel infini de l’Amour et la Conscience

Vous êtes-vous déjà interrogé sur notre destinée, notre place dans l’Univers, notre rôle dans le processus d’évolution ?
Après le 1er Big Bang qui a permis la création de l’univers, puis le 2ème l’apparition de la vie et enfin le 3ème l’émergence de l’Intelligence, sommes-nous à l’aube d’un 4ème Big Bang qui a besoin de nous pour émerger ? L’Amour et la Conscience en sont-ils la source ? Et vers quelle destination ?

Le 8 octobre prochain, le Forum de l’Évolution de la Conscience sera l’occasion, non seulement de découvrir comment l’Amour, la Conscience ou l’Eveil, s’inscrivent dans la grande fresque cosmique de l’Evolution, mais aussi de vivre collectivement une émergence inédite en intelligence collective.

Arnaud Riou interviendra pour un témoignage sur son parcours d’évolutionnaire et répondra ensuite à vos questions lors de la table ronde réunissant l’ensemble des intervenants : Diane Musho Hamilton, Annette Kaiser, Armelle Six, Christine Guinebretière, Eric Allodi…


Réduction de 10% avec le code : ariou

Pour en savoir plus sur le Forum et s’inscrire
www.evolutionconscience.com

Méditer avec un arbre, le cadeau d’Anne Yung

Share Button

Photo-Anne-21-09-2014-page-daccueil-1024x768Anne fait un cadeau à nos lecteurs. Elle leur offre une médiation guidée par sa voix sur fond d’ambiance de la forêt avec entre autre le bruissement d’une rivière et des chants d’oiseaux.

Il était une fois… une pépinière où des arbres de toutes sortes poussaient paisiblement. Près de cet endroit vivait Germaine, l’une de mes plus fidèles amies avec sa petite famille. Un jour, des hommes, du fond de leur tour de verre climatisée, décidèrent qu’une route devait être tracée, et que la pépinière empêchait de bitumer en rond. Sous les yeux de Germaine, on abattit méthodiquement les arbres jusqu’au dernier qui, dans un premier temps, refusa de mourir. Les bûcherons s’acharnèrent sur lui avec la puissance dévastatrice de leurs tronçonneuses électriques… et vinrent finalement à bout de sa vie. J’ai tant pleurée l’été où Germaine m’a raconté cette triste histoire, que je me suis jurée qu’un jour, je parrainerais un arbre… et c’est ainsi que, le 09 mai 2016, jour de la Saint Pacôme, je devins officiellement la marraine de mon lointain ancêtre, un vénérable olivier âgé d’environ quatre cents ans que je décidai d’appeler désormais du nom de ce saint Grec. Pour célébrer comme il se doit cette rencontre providentielle, je vous propose de méditer avec un arbre, le vôtre ou à tout le moins, celui de votre choix.

La méditation guidée que voici, dédiée à Pacôme, l’est aussi par son entremise, à tous les arbres, véridiques ou symboliques, auxquels chacun sera libre de penser tout en la pratiquant: l’arbre que vous entourez de vos soins attentifs, celui que vous visitez régulièrement au cours de vos vacances, celui que vous saluez en vous rendant ou en revenant de votre travail… ou que sais-je encore ! Ce fichier audio MP3 dure un quart d’heure environ et vous permettra de méditer accompagné du support de ma voix sur fond d’ambiance de la forêt avec entre autre le bruissement d’une rivière et des chants d’oiseaux.

Pour en savoir plus

Les VAN GOGH : des gens très bien… par Elisabeth ALVES-PÉRIÉ

Share Button

téléchargementQui eut cru qu’un jour l’on s’arracherait les toiles de Vincent Van Gogh à coup de millions, lui qui vécut misérablement et presque comme une ombre une bonne partie de sa vie d’artiste ? Il faut dire que lorsque l’on est un enfant de remplacement, survie oblige, les ressources mobilisées sortent de l’ordinaire, touchent peut-être parfois au divin – comme ce fut aussi le cas pour Camille Claudel. Car en effet, Vincent Van Gogh souffrira d’avoir été un enfant de remplacement, et cherchera par tous les moyens à s’en émanciper, à être enfin reconnu pour lui-même.

Beaucoup d’écrits ont été produits sur la vie extraordinaire de Vincent VAN GOGH. Il ne s’agira pas ici de mettre en exergue sa fonction d’enfant de remplacement, même si ce point est essentiel à la compréhension du mal-être « vangoghien ». Une première définition de ce qu’est un enfant de remplacement
est: enfant dont les parents compensent le deuil d’un enfant mort en bas âge par la naissance d’un autre, souvent porteur du même prénom.
Je compléterais cette définition ainsi : enfant dont les parents, ou des parents, compensent le deuil d’un enfant mort en bas âge, ou pas, par la naissance d’un autre, souvent porteur du même prénom.

Depuis longtemps, j’essaie de comprendre ce qui pourrait être à l’origine d’une « malédiction » de ce type. Bien sûr, à la lecture habituelle des génosociogrammes, on pourrait trouver une explication très rationnelle à la cause de ces enfants morts : maladies infantiles, malnutrition, handicap, etc. Mais pourquoi dans certaines familles, le recours à l’enfant de remplacement est-il une récurrence, presque une marque de fabrique ?
Ce phénomène intra et intergénérationnel, essentiellement dû à une insuffisance d’élaboration du deuil de l’enfant perdu, peut sauter une génération et constituer un phénomène transgénérationnel dans le sens propre du terme.
D’ailleurs, je m’interroge sur la place d’enfant de remplacement, est-elle la cause de problématiques, ou bien la conséquence de traumatismes familiaux, voire ancestraux ? Serait-il l’arbre qui cache la forêt ?

Pour tenter d’y répondre, j’ai exploré la généalogie et l’histoire familiale de Vincent Van Gogh et cherché à comprendre comment la Grande Histoire, les us et coutumes résonnent en elles. En effet les circonstances socio-historiques de l’époque ont eu un impact évident sur les générations ayant précédé la vie de ce génie-fou, Vincent Van Gogh.

Pour lire la suite

Pourquoi faut-il manger? par Claire Marino

Share Button

cooking-1013455_960_720

 

Quand je reçois des personnes qui viennent perdre du poids il m’arrive de leur proposer une “rééducation nutritionnelle”. Le terme est moche , j’en conviens , cependant il a le mérite d’être clair , il se peut que quelque chose ait échappé à la personne en matière de nutrition et il est bon de se replonger dans les fondamentaux . Pour bien enfoncer le clou, je prends mon plus beau sourire et je commence par annoncer que la seule et unique raison pour laquelle nous mangeons  c’est d’apporter à notre organisme tout le matériel nécessaire à la fabrication de nos cellules . En principe  le fauteuil sur lequel mon auditoire est installé commence à craquer (il est en rotin) par le poids de l’anéantissement  ou la rébellion naissante face à l’austérité du propos. Non , le plaisir n’est pas la première intention de notre physiologie en matière de nutrition. Je vais donc faire un petit rappel technique:

Le corps est un assemblage d’environ 100 000 milliards de cellules et à chaque seconde de notre vie quelques millions de cellules meurent et sont remplacées. c’est un jeu de construction permanent qui nous permet de grandir et de nous maintenir en bonne santé à condition que l’on apporte à l’organisme tout ce qu’il ne peut pas fabriquer lui même .  En effet le corps est autonome pour certains constituants comme quelques acides aminés , des lipides et des glucides , mais il va avoir besoin qu’on lui apporte les acides aminés essentiels les acides gras essentiels ,les minéraux et les vitamines. Par chance l’industrie n’a pas encore créé l’aliment qui contiendrait tous les éléments nécessaires. C’est donc là qu’intervient la notion de plaisir et le soulagement de l’auditoire . C’est par la variété de notre alimentation que nous allons apporter tous les nutriments nécessaires.On ne le répètera jamais assez, plus votre alimentation est variée, moins vous aurez de carence,plus vous assurez votre santé .Les carences ne sont pas autre chose qu’un choix que doit faire notre corps pour fabriquer des cellules prioritaires quand il fait face à une absence de matériel. Cela implique que des cellules ne vont pas pouvoir être fabriquées, entrainant un vieillissement , et une fragilité des organes concernés. Donc vous pouvez manger de tout mais prioritairement des aliments riches en nutriments. Il faudra rester conscient que certains aliments ne font que nourrir notre notion de plaisir . Ils sont souvent mis en avant à outrance par le marketing . Cette notion de plaisir est aujourd’hui bien souvent au centre des problématiques de poids , car elle cache généralement une gestion des émotions un peu défaillante. Cet aspect de la prise de poids est au centre de mon travail au cabinet. Des solutions efficaces existent et je vous en parlerai très prochainement. En attendant bon appétit et prenez soin de vous .

 

unnamedFiche N°4 : Ma naturo au secours de mon poids !

Dès que le soleil pointe son nez au milieu de la grisaille, on se met à penser au printemps qui se rapproche et pour beaucoup on se dit qu’il va falloir s’alléger un peu si l’on veut espérer faire virevolter nos jupettes sans complexes ! Mais l’idée de commencer ou recommencer le Xème régime de votre vie vous abaisse lamentablement les …

Lire la suite.

 

19 mars: la relation Interactive en psychothérapie, le vécu subjectif du moment présent

Share Button

vassilis_nLes Thérapeutes Parisiens s’associent à la journée du 19 mars, à Boulogne, “la relation Interactive en psychothérapie,le vécu subjectif du moment présent”. Les psychothérapeutes ont une grande expérience de la rencontre entre deux êtres. Ils perçoivent ce qui s’échange furtivement à un moment donné entre les deux vécus subjectifs, à partir des pensées, des images des émotions et des sensations. Nous répondrons à la question suivante : dans le contexte social et humain difficile que nous traversons, cette relation humaniste pourrait-elle constituer un paradigme pour les relations humaines en général ?

19 mars, de 9h à 17h.
Frais de participation : 35 Euros
Salle Polyvalente
140, rue Castéja – Place haute – 92100 Boulogne Billancourt
Renseignements :
AFSPS
Dr.Wassilis Zaruchas
44 rue de Paris – 92100 Boulogne Billancourt
0183395502 – evenement@afsps.fr
www.somatodrame.fr

Atelier : comment se dégager du poids des transmissions familiales inconscientes ?

Share Button

arbreNicole Rivière co-anime des ateliers d’analyse transgénérationnelle les 02 ET 03 AVRIL 2016 et 24 ET 25 SEPTEMBRE 2016.

L’arbre généalogique représente tous les éléments de notre histoire familiale. Le génosociogramme est une représentation graphique de l’arbre généalogique qui permet de repérer les structures psychiques pathogènes héritées de nos ancêtres.Ces structures hantent les descendants et handicapent leur capacité à vivre pleinement leur existence, coincés dans des schémas de vie dont ils n’ont pas la maîtrise. Ce travail de repérage transgénérationnel permet la mise en exergue des défaillances de transmission (deuils impossibles, traumatisme de guerre, inceste, faillites …, etc.) et leurs conséquences (cancer, asthme, stérilité, autisme, suicide, inhibitions scolaires, affectives, sociales).
La mise en évidence des processus qui nous poussent à répéter aux mêmes dates, aux mêmes âges des situations souvent douloureuses permet de résoudre des problèmes actuels concrets et aura des prolongements positifs sur d’autres membres de la famille, les descendants en priorité. Nicole vous propose d’explorer votre généalogie pour identifier ces structures et vous en dégager afin de vous réapproprier et exprimer votre potentiel créateur.

Initié à la pratique du génosociogramme par Anne Ancelin-Schützenberger dans le cadre d’une association d’aide aux malades atteints du cancer et à leur famille pendant 7 ans, elle a travaillé depuis 1999 avec le psychanalyste et écrivain Didier Dumas dans les groupes de recherches transgénérationnelles au sein de l’association « Le Jardin d’Idées » qu’il a créée. Elle y co-anime les journées d’initiation à l’analyse transgénérationnelle et à la pratique de l’arbre généalogique.

nicolejpgNicole RIVIERE : 01.43.38.38.44 – 06.66.70.33.82
Consultation individuelle et en groupe
(Paris 75015)
E-mail : nicoleriviere@live.fr

l’Odyssée de l’Empathie à Chambourcy

Share Button

odyssée de l'emapthie _nFrédérique Caffier propose la projection du film-documentaire : l’Odyssée de l’Empathie le Vendredi 25 mars 2016 à 20h30 à Chambourcy – salle Hubert Yencesse.

L’Odyssée de l’empathie montre comment une éducation bienveillante peut contribuer à résoudre les problèmes de la violence envers l’homme et la nature.
Alternant interviews, reportages et séquences musicales étonnantes, ce film nous emporte dans une exploration enthousiaste des différentes facettes de l’empathie, des origines de l’humanité aux découvertes scientifiques les plus récentes.
De nombreuses personnalités emblématiques ont apporté leur témoignage dont Matthieu Ricard, Pierre Rabhi, Sophie Rabhi-Bouquet, Catherine Gueguen, Thomas d’Ansembourg….

L’entrée est libre mais par soucis d’organisation, merci de réserver par mail vos places à : asso.parlonsen@yahoo.fr.

Passer du corps à l’âme

Share Button

claire Cordié

Toucher, masser, c’est créer un mouvement de balancier dans le corps de l’autre pour faire surgir du plus profond de sa chair, les mémoires qui y sont engrammées. Le corps détendu, en confiance, s’ouvre petit à petit, lâche les résistances. Accompagné par les mains du masseur, le patient cherche à comprendre sa souffrance intérieure au- delà de son malaise physique.

Le massage est un acte thérapeutique et même, pour moi, un acte d’amour. C’est accueillir l’autre dans ses bras, lui faire toucher du doigt, jusqu’au bout des doigts, la raison pour laquelle, inconsciemment il a préféré souffrir dans son corps ou comment il a pu s’éloigner de lui-même pour ne plus sentir ni la douleur, ni les émotions.

Les souvenirs captés par les mains

Il arrive au cours des séances, qu’un souvenir douloureux pour l’âme se mette en image, reprenne vie dans l’esprit de la personne massée ; et il arrive aussi, que ces souvenirs soient “entendus”, captés par les mains qui bercent, qui écoutent.

Parfois mes mains à peine posées, le corps crie un mot, une phrase, une image qui s’impose à moi. Je sens dans mon corps la douleur, l’émotion, je vois une scène de vie qui appartient à ce corps qui souffre et s’abandonne. Le corps me montre le chemin, comme si mes mains pénétraient sous la peau, entraient dans ses profondeurs, en liaison avec l’âme.
Je deviens ainsi un capteur de souvenirs ; souvenirs que le patient me fait partager, que je peux restituer lorsque, inconsciemment, le patient vient se relier à son corps et chercher l’origine de son mal être. Et quand l’intention est posée dans ce sens, le déclic se fait parfois lors des premières séances.

Trouver les mots qui calment les maux

Le thérapeute corporel entre dans l’intimité du patient par le corps. Il pénètre dans son champ vibratoire et touche son énergie vitale. Il est à l’écoute de ce qu’il sent dans ses mains, dans son corps et dans son cœur. Il n’est porté par aucune volonté si ce n’est celle de répondre à la demande du patient.
Pendant les séances une partie de moi entre en empathie avec le patient et une autre partie reste en retrait. Ainsi je suis suffisamment proche pour vivre, sentir avec lui et suffisamment à distance pour l’accompagner dans ce qu’il vit.
Dire ou ne pas dire ce que je sens, les mots qui me viennent, les images qui se présentent à mon esprit ? Après avoir hésité, je me suis autorisée à trouver les mots qui calment les maux, à trouver le moment juste pour les exprimer. Les informations qui passent du corps du patient à mon corps me touchent pour mieux le toucher.
Et si les mots viennent facilement, je parle pendant le massage ou bien je partage ces messages en fin de séance. Ces mots, ces informations m’aident à trouver des clés qui ouvrent les portes de l’inconscient du patient. Les mots clés… ceux qui créent le pont entre le corps et l’âme.

Mon étonnement à mes débuts, lié à la justesse de ces informations que je capte et à l’impact sur mes patients, fait place aujourd’hui à l’humilité, au respect de cette confiance totale que le patient me confère. Il se livre corps et âme, il se met à nu.
Et à travers le temps, la personne réapprend à bouger dans son corps, à vivre dans et avec son corps. Le corps s’énergétise en se libérant des poids du passé. Plus léger, plus souple car moins douloureux, le patient “relié” peut mettre en œuvre, en action au quotidien ses projets de vie avec force et conviction ! Il est incarné, plus près de son corps, plus prêt à vivre dans la complétude de son être.

Un équilibre peut être trouvé sur le chemin de la connaissance de soi

Une plus grande conscience de son espace favorise ses prises de position, ainsi que ses décisions face aux évènements qu’il rencontre sur son chemin de vie. Maître de sa vie, responsable de ses choix, plus indépendant, donc de plus en plus fort.

Le travail que je propose par cette relation au corps vient souvent en complément d’une psychothérapie. Psychiatres, psychanalystes, psychothérapeutes vont amener le patient à intégrer ce lien.


Claire Cordié
Thérapeute psycho corporel – psychologie biodynamique