Le métier de thérapeute est un métier exigeant.

Share Button

Le métier de thérapeute est un métier exigeant.

Accompagner une personne dans son parcours de vie, quelle que soit la durée de cet accompagnement, nous confronte à l’altérité et à la singularité de la personne et de son parcours. Quelles que soit nos connaissances, nos compétences peuvent être mises à rude épreuve. Pour maintenir à la fois un savoir-faire et un savoir être, il faut remettre sans cesse son ouvrage sur le métier pour affiner, travailler les zones d’ombres, être curieux de nouveaux savoirs, élargir son champ de compétences.

Etre thérapeute, c’est, au-delà de la compétence professionnelle, une qualité de relation humaine, dans un espace bien défini que nous offrons pour accompagner la difficulté, la souffrance, le questionnement, le mal-être, l’insuffisance, la solitude, l’incomplétude, la finitude et tellement d’autres défis d’une vie.


Le corps que nous avons n’est pas forcément celui que nous vivons, le sens que nous donnons à ce que nous vivons n’est pas le même que celui de l’autre et tout cela vient nous bousculer jusqu’à parfois nous faire chavirer. Plus que tout autre corps, celui du thérapeute doit être
en capacité d’accueillir l’autre et son moment de vie.

Ainsi, dans le souci d’aider les thérapeutes à faire face à ces défis, nous proposons des formations pour compléter, enrichir leur socle de compétences, et ce dans quatre domaines :

 

  • Celui de la place du corps dans la relation thérapeutique : les formations psychocorporelles.

  • Celui de la mise en sens de ce que l’on vit : les formations jungiennes,

  • Celui de la réflexion philosophique et anthropologique : des journées thématiques, comme en ce moment la vulnérabilité et la fragilité 

  • Celui de la place de la relation à soi et aux autres : formations gestaltistes thématiques (le corps, la sexualité et le désir de vie, le pouvoir de la conscience dans la relation thérapeutique).

Accueillir, écouter, avoir le bon geste thérapeutique, c’est mettre ensemble ces socles dans la rencontre thérapeutique. C’est entendre, voir et sentir son « être au monde » résonnant avec le nôtre.

De cette alchimie, il  émergera quelque chose, qui, espérons-le, aidera à faire un pas de plus.


N’hésitez à aller consulter notre site : savoirpsy.com 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *